<< Retour à la liste des actualités

Nutrition et obésité


En France, la corpulence a fortement augmenté depuis 1990. Selon les enquêtes nationales ObEpi, la prévalence de l’obésité est passée de 8,2 % en 1997 à 9,6 % en 2000, à 11,3 % en 2003 et à 12,4 % en 2006. Sur la base des données de l’ENNS 2006 et sous l’hypothèse d’un taux de progression de 4 %, la France pourrait compter près de 30 % d’adultes obèses en 2020.


Les populations touchées
L’évolution concerne les jeunes comme les plus âgés. Selon l’enquête nationale ENNS 2006, l’obésité est plus élevée chez les femmes (17,6 %) que chez les hommes (16,1 %). À l’inverse, le surpoids est plus important chez les hommes (41 %) que chez les femmes (24 %). Au total, la prévalence de la surcharge pondérale est de 57,1 % chez les hommes et de 41,6 % chez les femmes.
1 enfant sur 5 est en surcharge pondérale : 3,5 % sont obèses, soit près de 450 000 enfants de moins de 15 ans, et 14,3 % sont en surpoids, soit environ 1,7 million d’enfants. 

 

 

Les risques pour la santé du surpoids et de l’obésité

  • Obésité infantile
    En cas d’obésité infantile, le risque d’obésité à l’âge adulte est de 80 %.
  • Obésité et maladies chroniques
    L’obésité réduit l’espérance de vie de 10 ans et contribue à l’apparition des maladies chroniques. Les risques cardiovasculaires ou de diabète sont multipliés par trois, et le risque d’accident vasculaire cérébral par 2. La présence de graisses sur les artères constitue aussi un risque élevé d’hypertension artérielle.
    Plus de 80 % des diabètes de type 2 peuvent être attribués à l’obésité. 
    Les problèmes rhumatologiques et respiratoires sont fréquents : 1 personne obèse sur 4 environ souffre d’apnée du sommeil.
  • Lien avec certains cancers
    Des études ont montré une relation entre excès de poids et cancer. Tous les cancers seraient concernés, celui de l’estomac, comme de la prostate ou du rein chez l’homme ou du sein et de l’utérus chez la femme. A contrario, le rapport du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) 2000 indique que le risque de cancer est moindre si l’indice de masse corporelle (IMC) est compris entre 18,5 et 25 et qu’on évite un gain de poids supérieur à 5 kg, sa vie durant.
  • Un des objectifs nutritionnels prioritaires du PNNS est de réduire de 20 % la prévalence du surpoids et de l’obésité chez les adultes (IMC>25kg/m2) et d’interrompre l’augmentation particulièrement élevée, au cours des dernières années, de la prévalence de l’obésité chez les enfants.

Prévenir le surpoids et l’obésité

  • Prévoir un dépistage précoce
    Il passe par la surveillance de la croissance des nourrissons et des enfants (selon des courbes de références représentant, pour chaque sexe, les valeurs d’IMC en fonction de l’âge), et le suivi du poids et l’évaluation diététique chez les adultes, surtout chez les populations défavorisées, qui comptent le plus de sujets obèses.
  • Sensibiliser à la nutrition
    Au cours de l’enfance, les prises alimentaires sont influencées par l’environnement familial. Rappelez aux parents les 9 recommandations nutritionnelles et la nécessité de diminuer la consommation d’aliments à forte teneur en graisse et sucre, de privilégier les fruits et les légumes et de ne pas limiter la consommation de produits céréaliers.
    Sensibilisez-les au respect des rythmes alimentaires : petit déjeuner suffisant, déjeuner équilibré, dîner pas trop abondant. Incitez-les à éviter les prises alimentaires hors des 3 repas et du goûter (pour les enfants). 
    Informez-les également sur les prises alimentaires de type grignotage ; constituées le plus souvent de produits gras et sucrés, elles augmentent l’apport calorique journalier et contribuent à la constitution d’un excès de poids.
  • Promouvoir l’activité physique
    L’obésité est le résultat d’un bilan énergétique positif, avec des apports supérieurs aux dépenses, l’excédent étant stocké sous forme de graisse. Les études montrent une association entre les activités sédentaires (télévision, jeux vidéo, etc.) et le risque d’obésité. 
    D’où l’importance de pratiquer une activité physique régulière : au moins 30 min chaque jour pour les adultes et 60 min pour les enfants. Outre le sport et les jeux de plein air (ballon, vélo, etc.), suggérez à vos patients de préférer la marche aux autres moyens de déplacements (pour aller à l’école ou au bureau), de promener plus souvent le chien, et de monter les escaliers plusieurs fois par jour.

Diététique Nutrition fruits

Consultations en cabinet ou à domicile, uniquement sur rendez-vous

Membre de l'AFDN (Association Française des Diététiciens Nutritionnistes)

Anne-Sophie LEJEUNE, 60 rue Raymond Spas
62218 LOISON-SOUS-LENS
06.58.30.57.05
Plan Google Map  

Dernière mise à jour le 20/05/2018

Réalisé par OPALIS'TIC - Mentions légales - Copyright 2012© Anne-Sophie LEJEUNE
62218 LOISON-SOUS-LENS
06.58.30.57.05
Une consultation chez la diététicienne n'est pas exclusivement réservée aux personnes souhaitant perdre du poids ...
Lire la suite